C’est comme pour toi d’être une femme en 2022 ?

Je n’aurais jamais imaginé écrire ceci ici avec vous un jour : «j’aime être une femme».

J’aime mes courbes, mon ventre en colline, mes cuisses galbées, et mes plis du dos signe de générosité.
Il y a plus de 20 ans alors que j’étais jeune et plutôt bien taillée, je me cachais sous les pantalons, les tuniques. Je travaillais dans un monde d’hommes, aux chantiers de l’atlantique à St Nazaire. Le regard des hommes sur moi me faisait peur. Leurs yeux emplis de désir me mettaient mal à l’aise, je me serais bien cachée dans un trou de souris.

C’est bien plus tard que j’ai compris que ce n’était pas eux le problème mais le regard que je me portais et l’insécurité qui régnait en moi. Pourquoi ne pas regarder une jolie femme ou un bel homme, les yeux sont fait pour ça, non ?

Les années ont passées. Les grossesses, les rides et l’envie folle de me sentir pleinement épanouie était là. Peu à peu, je percevais le regard des hommes différemment, et je mentirai si je vous disais que j’y étais insensible. Cela valorisait mon capital confiance et peu à peu la femme qui sommeillait en moi se relevait.

Ces dernières années, grâce aux différents accompagnements que j’ai réalisé pour mon bien être, j’ai connectée tant de facettes de la femme que je suis : la soumise, la rebelle, la coquine, la sauvage…
A chaque rencontre, je m’honore un peu plus et surtout je peux marcher la tête haute car je ne me renie plus !

Je suis forte et je suis vulnérable aussi.
Je suis douce et je suis violente aussi.
Je suis lumière et je suis ombre aussi.
Je suis une femme unique.

Si toi aussi, tu veux accueillir pleinement la femme que tu es, c’est avec joie que je t’invite à me contacter via le lien pour un entretien découverte en cliquant 👉 ici

Je serai extrêmement heureuse de t’accompagner sur cette voie.

Olycoach, Karyn Piloquet
Hypnothérapeute et energeticienne
En cabinet à Redon ou en visio
Crédit photo : Lionel Pesqué Photographies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.